CHLOÉ JACOB

Comme je suis autiste Asperger, j'ai des problèmes d'équilibre, de coordination motrice et de vertige. J'étais donc la dernière à être choisie quand venait le temps de former des équipes à l'école. Aujourd'hui, cela ne m'empêche pas de marcher de St-Roch pour me rendre à mon travail à Place d'Youville et de faire du yoga à l'occasion. Je me suis même rendue jusqu'au sommet de l'Acropole des Draveurs en septembre dernier... Tout un exploit, car c'est le sentier de randonnée le plus exigeant au Québec !

ANNICK BLAIS

J’ai commencé à m’entraîner il y a 1 an et demie suite à une longue période d’inactivité physique dû à de petits problèmes personnels qui m’ont amené à prendre 50 lbs. Ce n’est pas mon apparence mais, le fait d’etre si inconfortable et en moins bonne santé qui m’a amené à recommencer à bouger. Je peux vous dire que ça a été difficile et douloureux de regagner une certaine forme physique, ça l’est parfois encore! J’ai dû faire un gros travail, surtout mental. J’ai fait beaucoup de chemin et j’en suis fière! J’ai une entraîneuse formidable qui croit en moi et me donne les outils pour que je crois en moi aussi! L’entraînement en salle est maintenant un besoin pour moi, je suis beaucoup plus en santé mentale et physique et je deviens chaque jour un peu plus, la meilleure version de moi-même!

CATHERINE LECLERC

Je suis Catherine, une jeune de 25 ans active et persévérante. J’ai fait du patinage artistique une dizaine d’années. Cette discipline sportive était ma plus grande passion jusqu’au jour où j’avais trop mal pour patiner. C’est là que mon histoire commence, je ne pouvais plus vivre comme une jeune fille de 16 ans et encore moins comme celle d’une patineuse artistique. L’anxiété s’est emparée de moi ainsi que la fatigue et des douleurs diffusent dans mon corps. J’ai alors fait une dépression et j’ai reçu un diagnostic de fibromyalgie à la suite d’ une hospitalisation de trois mois. Pour ceux qui ne connaissent pas cette maladie, il s’agit d’un dérèglement du système nerveux qui occasionne des douleurs, de la fatigue chronique et de l’anxiété. Il n’était pas question de baisser les bras. J’ai travaillé fort pour retrouver une vie active en même temps qu’aller à l’université. Le plus beau moment que j’ai vécu ses dernières années est l’instant où j’ai franchi la ligne d’arrivée à mon premier demi-marathon en 2016. À ce moment-là, j’ai accepté ma condition de santé et je suis devenue fière de moi. Aujourd’hui, je participe à des courses, je fais du yoga et je partage les moyens que j’utilise au quotidien pour bien vivre avec la maladie. J’ai mis de côté la performance pour laisser place à la santé et le plaisir de bouger !

SYLVIE PROULX

Bonjour je m'appelle Sylvie j'aurai bientôt 50ans! Et ca ne me fait pas peur car je suis en santé et jaime ma vie car elle est remplis de sport daventure sportive que jaime partager avec les autres ou seul avec moi même. Je touche a toutes ou presque toutes les activités mais pas passion ce tourne vers la course a pied que je transmet au monde.Le sport ma permis de maider moi même, mais daider beaucoup de gens sur mon chemin.Je continurai a faire du sport tant que la vie me le permettra!! Merci! Sylvie

CHLOÉ PERRAULT

Dès mon plus jeune âge, mes parents m'ont initié à plusieurs sports. Leur but premier était que je m'amuse avec des amis tout en bougeant. Depuis ce temps, j’ai toujours eu beaucoup de plaisir à pratiquer différents sports. C’est vraiment devenu une passion pour moi de bouger peu importe de quelle façon. Aujourd’hui, je continue à m’amuser, plus que jamais, à courir, marcher, jouer, sauter, lancer et danser. De plus, je transmets cette passion pour le sport, à mon tour, aux jeunes de ma région. Parce qu’il y a tellement de bénéfices à bouger quotidiennement, je crois que cette passion peut se développer à bas âge et rester vivante bien longtemps. Évidemment, le but n’est pas de devenir le meilleur du monde dans une discipline bien précise, mais plutôt de devenir le meilleur de nous au quotidien. Adopter le plaisir de bouger, c’est vivre les plus beaux moments en famille et entre amis !!!!

VÉRONIQUE COURCHESNE

Wow écrire des textes n'est pas ma force mais bon je me lance et ça aura l'air de c'que ça aura l'air...J'ai toujours fait du sport que ce soit en équipe ou solo. J'ai fais du sport pour le plaisir, pour obtenir des performances, pour changer physiquement et depuis quelques années je fais du sport pour ma santé mentale et pour me dépasser moi-même!! Les défis et repousser mes limites, c'est ce qui me motive et qui me permet d'être bien avec mon corps. Mon sport/activité de prédilection est la course à pied. Ma grossesse l'an passé est la période où je me suis senti la plus belle, bien dans mon corps et dans une forme exceptionnelle. Ce qui m'amène aujourd'hui à être bien dans ce nouveau corps. Voilà c'est pas grand chose, mais c'est comme ça que je me sens.

VINCENT BRISEBOIS

Durant plusieurs années completement isolee pu de sport en dépression et cyberdependant et avec un poids de 300lbs je ne voyais pas comment cela pourrais changer quand j'ai décidé de me reprendre en main j'ai marché au début puis ensuite la course en fevrier 2018 a pret de 285lbs j'ai utiliser le sport pour accomplir mes objectifs de vie lecole mon abstinence mes projets jai egallement decouvert une vrai passion pour le vélo de route et depuis je prevois plusieurs gros projets don faire une grosse partie du québec pour informer et sensiblizer les jeunes sur la cyberdependance le sport me garde sur la bonne voie

JESSICA LANGE

À compter du dimanche 4 août 2019, je relève un défi de course à pied « Le Grand Défi Tetrotop » : courir 1 117 km en 26 jours avec une moyenne d’un marathon par jour. Je traverserai 3 provinces canadiennes et plusieurs départements français. Le Grand Défi Tetrotop débute de Québec jusqu'à Halifax et de Paris à Chartres en France pour rejoindre mon frère et redonner de l’espoir à tous ceux qui ont des problèmes de santé mentale. Les fonds amassés lors du défi seront remis à la Fondation CERVO. Il y a 2 ans, en novembre 2016, j’ai fait une dépression : fatigue excessive; tristesse quasi-permanente; perte d'intérêt et de plaisir pour toute activité; sensation de culpabilité inappropriée; difficultés de concentration. Ces symptômes m’ont amenés à consulter un médecin. Pendant 6 mois, j’ai été en arrêt de travail et je me souviendrai toujours de la prescription de la docteure : marcher 30 minutes par jour, sauf qu’au début 10 minutes seulement était un supplice. Un pas à la fois et à force de persévérance, je ne marche plus aujourd’hui, je cours! Sportivement!

VALÉRIE LEMAY

J'aime les sensations fortes, le challenge, les défis...étant jeune, mes parents m'ont inscrit à la gymnastique,.. j'ai abandonner quand la prof m'a dit : tu es trop pesante pour que je t'aide..par la suite mes parents m'ont inscrite au Kin Ball...jusqu'au jour où mon équipe m'a lancé en plein championnat:"tu es trop grande".... J'ai tombé dans l'enfer noir....je me suis mise à "loaffer" mes cours d'éducation physique ....pour aller avec les plus rebelles de l'école...j'étais encore une fille qui aimait les sensations fortes, les défis...être au top, donc je me suis mise à fumer la cigarette...boire...fumer de la drogue...prendre du chimique...et m'assurais d'être la plus "geler" de l'école...ensuite la plus "geler" des gangs de rues...ensuite la plus "geler" des after...etc....pour moi c'était rendue ÇA avoir du plaisir à bouger ......de la rive-sud à dans le vieux Qc....sur des bancs de parcs..dans des squats..a pas dormir le plus longtemps possible....Un jour, je m'inscris à un D.E.P comme préposée aux bénéficiaires...je réussie mon cour...commence à travailler...rencontre une collègue qui m'amène dans des "meetings" A.A / N.A/ O.A....je décide d'être abstinente et commencer à m'entrainer sérieusement dans un gym..Stimpy (mon chien) m'a également sauvé la vie...depuis maintenant 3 ans je suis abstinente...mon gym, escalade, CAO...trail...MON NOUVEAU MODE DE VIE ..

CAROLINE PARADIS

Depuis que je suis toute petite que je fais du sport. Sport d'équipe et vie près de la montagne on modulé mon enfance.J'ai eu des enfants très jeune alors comme bien des mamans, les temps libre pour faire du sport se sont fait rare mais je jouais dehors avec les petits.Puis, quelques années plus tard, vint le constat que mon corps avait perdu (selon moi ) tout attrait. Alors j'ai bougé pour maigrir et garder un poids (santé ).Sans vrai plaisir et un peu par obligation malheureusement. Puis encore quelques années et deux enfants plus tard, je me suis donné à fond dans le sport pour chasser beaucoup de stress et de colère dans ma vie . J'ai voulu en faire toujours plus, plus vite et plus loin. e suis devenue très bonne et je voulais alors devenir la meilleure.Mon corps a décidé, lui, qu'il en avait assez de ce stress constant et il m'a obligé à ralentir suite à des blessures physiques mais qui en fait venaient de l’intérieur.Presque deux ans plus tard, je suis guérie et j'ai compris.Je bouge maintenant par amour pour mon corps et ma tête.Je le fais toujours dans un milieu le plus naturel possible car c'est là que je me sens le plus vivante. J'ai toujours envie de me dépasser mais différemment. Moins vite mais plus loin.Et en prenant toujours le temps de m'arrêter dans ma course ou autre, afin de regarder autour de moi et de respirer.Et à chaque fois je dis merci de pouvoir bouger

RAJA CHOUAIBY

J'ai 37 ans et mere de trois merveilleux enfants, le dernier c'est notre bébé cadeau, il a une difference de 15 ans avec sa grande soeur. J'avais pris énormément de poids durant chaque grossesse. Je n'étais guere bien dans mon corps. Étant plus jeune, j'étais une fille tres sportive. J'ai vraiment fait beaucoup de tentative dans plusieurs regimes entre autre celui hyperproteiné..oui, j'ai perdu du poids, mais aussitôt la frustration prenait la place...bref, j'ai fait subir a mon corps beaucoup de traumatisme...un jour, j'ai bien prise ma décision et là ce n'était pas juste pour maigrir, mais pour un mode de vie plus sain et pour tous les jours. Le poids n'était plus ma préoccupation, mais ma santé. La plus belle chose qui me soit arrivee et la rencontre avec entraineure Nadia Guévremont. Cette personne a complètement changé ma vie et m'a donné la motivation et le plaisir de s'entraîner et de me surpasser et ce jusqu'à ce jour. Elle est a l'écoute et même pas a avoir nécessairement a parler...vraiment, j'en suis très reconnaissante. Jamais, je n'ai ete aussi assidue a mon entraînement...a part dans mon adolescense. Aujourd'hui, je m'entraîne 5 jours par semaine. En ce qui concerne mon poids, j'ai perdu presque 20 kilos!!! Je me sens a pleine forme et chaque jour je me depasse. Cela me redonne une entiere confiance en moi et un exemple pour mes enfants!!! Voilà !! MERCI

YOLAINE CARVER

Bouger c’est un moment privilégié où malgré tout je réussi à prendre soin de moi, vider mon esprit et me faire plaisir! 

ANASTASIA POLITO

Née avec le désir de bouger, j'avais des skis alpins sur mes pieds à l'age de 2 ans! À cela j'ai ajouté la nage, le gymnastique, la course, et le base-ball. Même jeune, j'étais compétitive et concentrée. En adolescence je suis devenue une nageuse dédiée, avec 30 heures d’entrainements par semaine. J’étais dans l’eau à 5h du matin, levé avant 4h pour partir le café, démarrer et déneiger l’auto, réveiller ma mère et ensuite attendre après elle pendant qu’elle a bu son café. Après 5 ans de natation, j’avais gagné des médailles aux provinciaux et j’étais classé au division 2 au niveau national. Toute ça étais freiné ensuite par un accident de ski. C’était 10 ans plus tard que je me suis lancée dans le triathlon. Je l’ai adoré et mon désir de devenir une athlète olympienne est revenue. J’ai embarqué sur ce chemin avec un horaire d’entrainement jusqu’à 38 heures par semaine, des compétitions internationals, un rang au pays et mondial. J’étais investi à 100 % pendant 10 ans, ensuite la maladie a interrompu ce chemin. Maintenant je suis entraineur en triathlon et professeur de yoga. J’adore mon travail qui me donne l’occasion de partager mes connaissances et mes passions! L’équilibre entre le sport et le yoga est parfait pour moi et le travail dans un inspire le travail dans l’autre!!! Et quand ma santé me permettre je cours aussi, pour le plaisir, pour célébrer la vie!!!

CYRIL BOUVET

J'étais plutôt clope et bière que footing et bouteille d'eau, en gros surpoids. C’est en Octobre 2015, un an après mon arrivée au Québec que j’ai eu une prise de conscience, décidé de changer et commencer à bouger. Seul depuis mon arrivée, je me suis auto-motivé et rapidement j’ai troqué canapé contre piscine et bière contre de l’eau. J’ai commencé par de la natation, ensuite marcher et courir tout en laissant tomber cigarettes et bien des kilos derrière moi, quel meilleur encouragement que de se sentir en forme, peut-être un peu trop, car en décembre 2016, après une année passée à faire du sport à l’excès, je me suis blessé, fracture du plateau tibiale, opération et 3 mois sans marcher. Je ne le savais pas encore, mais s’était toute qu’une expérience de vie que m’attendait là… Après l’accident, je me suis blessé plusieurs fois, je voulais retrouver mes capacités d’avant trop vite. Après un gros travail de patience et de compréhension je suis heureux de pouvoir faire de nouveau du sport, en me faisant plaisir, pour garder la forme et surtout pour améliorer mes capacités et m’accompagner en étant à l’écoute de mon corps. J’ai même la chance d’animer des petites séances d’échauffements chaque matin à mon travail et entrainer une dizaines de personnes. Aujourd’hui, je peux dire que j’ai appris de mon expérience de vie, trouvé un équilibre et que je suis MA Version Originale. Merci

AMÉLIE ET PATRICIA

C'est une si belle histoire! On sort des normes un peu, on se présente en équipe. Parce qu'on forme une alliance. Une alliance autochtone-allochtone pour la santé des Premières Nations. La qualité de vie et la santé, c'est précieux. Deux décennies de différence d'âge, mais la même passion, la course à pied! Et l'être humain! La course sur route et en sentier, on partage le même territoire ici les sentiers urbains de la rivière Saint-Charles. Des kilomètre et beaucoup de persévérance à raconter! En route pour de la longue distance en 2019. Et les suivantes!!!

AUDREY BOULIANNE

Bonjour! Je bouge tous les matins! C'est le départ pour toute les bonnes journées! Je fais du Cross-Fit depuis 5 ans de façon assidue! J'ai 43 ans mais le coeur de 20 je crois!

SARAH-EVE ROYER

J'ai commencé à bouger quand j'ai remarqué que faire du sport m'aidais dans ma vie. C'est grace au sport que je suis sortie de ma consommation de drogue abusé. J'ai fait 6 mois de thérapie rt le sport a sauvé ma vie

ALYSSON BÉLANGER

Je n’ai jamais fait de sport pour la compétition. Depuis que je suis enfant, j’aime simplement bouger et aller dehors. Quand j’étais un enfant, j’aimais aller sur la plage escalader les cap de roches et aller dans le bois grimper aux arbres. Aujourd’hui, j’aime faire de la planche à neige, de l’escalade et essayer de nouveaux sport

KATHY PICARD

Je suis une ancienne cheerleader (10ans experience et de coaching). J'ai decidé ensuite de me lancer dans le yoga et l'acroyoga. J'ai aussi fait de la gymnastique et plusieurs sports entre amis! Dès mon jeune age mes parents ont decidé de me faire bouger puisque je sautais et grimpais partout!!! Depuis, je dois bouger à tous les jours pour me sentir bien! Malgré mon travail d'infirmière qui prends beaucoup de mon temps je tente de m'entrainer et me mettre sur les mains à chaque fois que je le peux. Je suis très reconnaissance à la personne wui ma nominée ainsi qu'à votre organisation de penser a sensibiliser les gens a bouger! 🌞 au plaisir

CAROLE GAGNÉ 

Bonjour,, j'ai débuté ma prise en mains lorsque un matin en attachant mes souliers j'était essouffler, cela a fait que j'ai débuté il y a presque 9 ans l'entrainement, maintenant celui-ci fait partie de ma vie. J'ai arrêté de fumé, il y a maintenant 14 ans. J'ai encore un surplus de poids, mais je vois mon cheminement dans l'entraînement plus de cardio, un peu plus d'endurance et surtout de la fierté.

JOSÉE BACON

Marathonienne depuis octobre 2017. 7 Marathons de fait. Un prochain en avril à Nashville. J’ai fait Toronto, La Havane, Miami, La Grande Muraille Chine, Sept Îles, Baie-Comeau et Montréal. Je cours depuis 2016. J’adore courir. J’expérimente toujours. Croire et Confiance m’ont amené à faire de ce que je fais aujourd’hui. Courir. Jamais je pensais courir je n’ai jamais été une sportive de toute ma vie. Ma sobriété m’a amenée de bien belles choses. 12 Sobre. Merci

MARIE-ÉLIZABETH COULOMBE

Dès mon enfance, l’embonpoint sévère faisait partie de ma vie. Néanmoins, mon image corporelle ne m’a jamais mené à me sentir mal dans ma peau avant l’adolescence. Ces années sont synonymes pour moi d’estime de soi débordante. Vient un jour l’adolescence. Période où j’ai perdu 60 lbs en moins de 6 mois, période où me peser le matin était une drogue, période où l’exercice devait prendre une plus grande place que manger. Période où mon estime de moi s’est égrainée. Vient un jour l’âge adulte où ce mode de vie malsain prend trop de place pour une jeune adulte au CEGEP. C’est durant cette période que j’ai dû en venir à l’évidence; je devais travailler sur le lien que j’avais avec l’activité physique. J’ai dû reconnaître ce que mon corps me permettait d’accomplir au lieu de pointer du doigt les petits défauts que me montrait le miroir. Aujourd’hui, à 22 ans et après plusieurs années d’introspection et de réflexion sur l’activité physique, je suis plus qu’heureuse de constater que je me sens au sommet de ma forme physique ainsi qu’au sommet de mon estime de moi (comme à mes 8 ans). Malgré des rechutes qui sont nécessaires à mon point de vue, je suis heureuse de me trouver dans cet état d’esprit qui me manquait tant.

MARIE-FRANCE MATHIEU

Enfant, je n’étais vraiment pas douée dans les sports. En éducation physique, j’étais parmi les dernières choisies. Je n’aimais pas le sport. Physiquement, mon estime de moi était très faible. C’est en 2012, à l’âge de 36 ans, que j’ai découvert la course à pied. Enfin, j’avais trouvé un sport à ma pointure, sans gagnant ni perdant. Un sport qui me permettait de me retrouver seule avec moi-même, en communion avec la nature. Les distances se sont succédé avec les années… 5 km, 10 km, 21,1 km, 42,2 km. Puis, j’ai senti le besoin de relever un nouveau défi. Je me suis acheté un vélo. J’ai mis mon ego de côté et j’ai appris à nager pour faire mon premier triathlon sprint. C’est aussi à cette époque que j’ai ajouté à mes entraînements des séances de yoga et de Pilates. Toujours motivée à aller plus loin, c’est un triathlon olympique qui m’attend cet été. J’ignore ce que l’an prochain me réserve… Une nouvelle distance de triathlon ? Un retour au marathon ? Mes premières courses en trail ? Il y a tant de choses dont je veux faire l’expérience ! Le sport me permet de me sentir VIVANTE. Je suis loin d’être parmi les meilleures. J’aime bouger pour le plaisir, pour la santé. Pour être un modèle positif pour mes enfants. L’activité physique m’a permis de découvrir la force de mon mental. J’ai appris que même au bout de nos ressources, on trouve toujours la force d’avancer !

  • Black Instagram Icon